Orgues à Poitiers François-Henri Clicquot

Orgues à Poitiers
François-Henri Clicquot

Anglais

Ses organistes avant 2013

le Sieur Lorin

C'est le premier organiste que nous connaissons. Il jouait l’orgue de Crespin Carrelier qui précéda le Clicquot. Il le joua même pour la dernière fois la nuit de Noël 1681, celle où un brasero mal éteint détruisit l'instrument. Il assista «Ces Messieurs du District», le 7 mars 1791, pour la réception de l’orgue livré par Claude-François Clicquot après la mort de son père, François-Henri, le lundi de Pentecôte 1790.
Le Sieur Lorin était accompagné d’un autre organiste François Veron, qui lui succéda.

François Veron

C’est à sa demande que fut entrepris le relevage de 1813 réalisé par Dallery. A noter que le 24 septembre 1813, la réception des travaux de Dallery fut prononcée par Veron ainsi que par un certain Alexandre Louis Henry Maresse, organiste à Poitiers, qui officia à la cathédrale à ses côtés.

Louis-Henry Maresse (de 1821 à 1837)

Il assura le service après Veron, quand celui-ci fut nommé «organiste honoraire sans émolument» le 11 avril 1821, avant de décéder le 6 janvier 1837.

M. Lorillard d’Aubigny (de 1837 à 1877)

Le 7 janvier 1837, le clergé nomma à sa place M. Lorillard d’Aubigny, formé au Conservatoire de Paris, qui était un musicien d’un certain rang. Il prit possession de l’instrument avant le démontage de la grande rosace en 1838, et fut entièrement satisfait des travaux effectués à sa demande pressante par Merklin en 1871. Il décéda le 19 janvier 1877.

M. Dessane (de 1877 à 1896)

Le 27 mars 1877, M. Dessane était nommé sur concours. Sa demande de grande restauration donna lieu à la fameuse proposition d’Aristide Cavaillé-Coll qui, heureusement pour l’instrument, dépassait de loin les possibilités financières du Chapitre. Il mourut le 8 avril 1896.

Eugène Landais (de 1896 à 1950)

Le 1er mai 1896, Eugène Landais fut retenu sur concours parmi 6 candidats. Il entra en fonction le dimanche de Pentecôte. Formé à l’Institut des Jeunes Aveugles à Paris, son répertoire allait de Bach à Widor et Vierne. Si les auteurs classiques lui étaient pratiquement inconnus, il fut un savoureux improvisateur et un transcripteur adroit de Wagner, Gounod et Borodine. Malade, il quitta ses fonctions le 12 décembre 1949 pour mourir le Mercredi Saint 1950.

Jean-Albert Villard (de 1949 à 2000)

Jean-Albert Villard, né à Poitiers en 1920, fut nommé le 31 décembre 1949. Formé à Paris par l’excellent maître que fut Edouard Souberbielle puis, entre autres, par Maurice Duruflé, il est à l’origine de ce qu’on appela « la messe d’onze heures et demie en musique », élargissant ainsi les possibilités d’écoute du grand orgue Clicquot.
Son souci essentiel fut de faire valoir un répertoire en harmonie avec l’esthétique de l’instrument, tâche difficile à l’époque où l’on méprisait cet orgue du XVIIIe siècle.
Membre fondateur de l’Académie de l’Orgue Français de Saint-Maximin et de l’Association Française pour la Sauvegarde de l’Orgue Ancien (AFSOA) dont il fut Président, il fut nommé membre rapporteur de la Commission des Monuments Historiques section Orgues du ministère de la Culture.
A ce poste, il veilla avec un soin jaloux à la conservation du patrimoine des orgues anciennes et, tout particulièrement, du merveilleux instrument de Poitiers.
Il publia en 1986 une importante étude sur l’œuvre de Clicquot qui constitue un ouvrage de référence. Il ouvrit sa tribune aux organistes du monde entier. Il leur présentait son instrument en improvisant une suite à la française qui mettait en valeur toutes ses couleurs et toutes ses ressources de registration. Il n’hésitait jamais à céder les claviers.
Secrétaire Général, puis Président et animateur passionné de l’Association François-Henri Clicquot, il organisa autour de son instrument une vie musicale intense. Celui que l’actuel Président de l’Association qualifia de «Père reprenant une nouvelle éducation pour s’adapter au tempérament de l’enfant un peu moins sage», après la renaissance tant attendue de 1994, nous quitta le 28 janvier 2000 après une longue et cruelle maladie.
  

Jean-Baptiste Robin (de 2000 à 2010)

Nommé sur concours en juin 2000 avec Olivier Houette, Jean-Baptiste Robin quitta en 2010 l'orgue de la cathédrale pour prendre ses fonctions à l'orgue historique de la chapelle royale de Versailles. Professeur d'orgue et d'écriture au CRR de Versailles, il se produit en récital à travers l'Europe, aux Etats-Unis et au Japon et donne de nombreuses classes de maître. Sa discographie (publiée chez Naxos, Triton et Hortus) est saluée par une critique enthousiaste. Lauréat de cinq premiers Prix premier nommé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et titulaire d'un Master au King's College de Londres, Jean-Baptiste Robin est également l'auteur d'œuvres variées allant de l'instrument soliste au grand orchestre symphonique (commandes de Radio France, Philharmonia Orchestra, Orchestre National de Lyon). Ses oeuvres sont disponibles chez Gérard Billaudot.